Les enfants Weben : 2ème Génération

Page mise à jour le mardi 4 avril 2006

A l'anniversaire des 50 ans d'Eric et Bernard (automne 1984), Jean-Pierre vous a donc raconté qu'Idelette était arrivée la première.
Elle était encore petite quand François est né. Elle ne parlait pas encore. C'était déjà une petite coquine. Elle jouait dans le jardin et elle allait se mettre au milieu des plates-bandes de fleurs parce qu'elle savait bien que je ne pouvais pas courir pour la chercher : elle courait plus vite que moi puisque j'attendais François... Une fois, je l'ai trouvée en train de manger la pâtée du chien.
Et puis François est arrivé.
Idelette était très contente d'avoir un petit frère, elle m'aidait beaucoup. Elle avait vu que je mettais un linge sur le berceau quand j'ouvrais la fenêtre pour abriter mon bébé - parce qu'il faisait déjà froid au mois de novembre (François est né le 30 octobre). Alors, elle posait elle aussi une couche sur la figure du bébé, bien tassée, bien appuyée ...
Elle comprenait très bien quand j'étais en train de peser avec la balance... Ce n'était pas une balance moderne : elle allait me chercher les poids, la poudre pour le langer... Jean-Pierre vous a raconté comme elle nettoyait le parquet avec sa brosse à dents et ensuite comme elle allait frotter les gencives de ce pauvre François dans son berceau... Du coup, il a été vacciné et il n'a pas été souvent malade ...
Idelette avait un cher ours, un ours en peluche qu'elle aimait beaucoup. Elle l'appelait « Kan », ce qui voulait dire « grand » (elle devait en avoir un autre plus petit). Les coquins de frères, plus tard, maltraitaient cet ours qu'elle avait toujours dans sa chambre avec elle. Ils allaient lui planter des épingles dans le corps : c'était HORRIBLE. Et puis ils mettaient du mercurochrome pour que ça ait l'air de saigner. Pauvre Idelette, elle était triste quand elle avait son ours malade.

Jean-Pierre vous a aussi raconté l'histoire du jambon : quand elle m'avait demandé, « c'est du jambon ? ». J'avais dit : « Non, c'est du mouton ». Et après, elle avait dit avoir mangé du « jambon de bergère »...

une photographie des enfants Weben

Quand François avait un an, je lui ai dit : « Tu es un grand garçon, maintenant ». Et Idelette m'a dit : « Mais non, c'est un petit homme ! ».
En me voyant cuire des oeufs, un jour, elle me dit : « Tu cuis des noeufes ? ». Alors, je lui réponds : « on ne dit pas des noeufes. On dit : un oeuf, des zeus. Donc, on dit : un oeuf et des ... ? ». « Des cocos ! » m'a répondu Idelette.
Une fois, François jouait avec un canard qu'Idelette voulait. Je lui ai donné un autre canard pour qu'elle laisse son petit frère tranquille. Elle est allée vers François et puis elle lui a dit : « Mon p'tit chou, mon p'tit amour, regarde comme mon canard est beau, prends-le ... » (voix suave). Et puis, elle lui a pris le sien, bien sûr... Un jour qu'il pleuvait, on a vu depuis la fenêtre des ciseaux qui étaient restés dehors. Idelette a dit : « oh, les pauvres ciseaux, ils n'ont pas de parapluie ! ». Jean-Pierre vous a raconté que le jour du baptême de François, quand il avait 18 mois, après avoir raccompagné les visites, on l'a retrouvé assis au milieu de la vaisselle sur la table où il était monté. Il vidait tous les restes des coupes à champagne... Quel petit coquin. Idelette a dit : « Bientôt, j'irai à l'école quand je serai grande. François aussi, ira à l'école quand il sera une fille ! »... Idelette apprenait le piano avec sa tante Hélène , qui lui enseignait le nom des notes : do, ré, mi, fa, sol ... La fois suivante, elle recommence : « Alors, qu'est-ce que je t'ai dit ? Ici, c'est le do, à côté c'est le ... ? ». Idelette répond : « C'est le ventre ! ».

Mamie raconte les histoires
de ses enfants quand ils étaient petits
à Noémi, Juliette et Camille (1984)
(transcription K7)

Accueil : Famille Weben
« Carte postale envoyée à la famille en Suisse I Recette : Le sirop d'orange de Mamie »